decharge_Ronces

L’ex-décharge du Clos des Ronces

Cette décharge est encore appelée « décharge de Dollemard », « La fosse », « La Corvée ».

Aspects de La Corvée
Aspects de La Corvée

Cette décharge est aujourd’hui désaffectée, mais elle a fonctionné plusieurs dizaines d’années, au moins depuis depuis la fin de la dernière guerre et l’élimination des décombres des bombardements. Les déchets sont principalement de type inerte, mais des déchets ménagers sont également présents (abondants plastiques). Une grosse proportion de béton armé et de ferrailles est la partie la moins « soluble » des résidus. Les courants de dérive littorale, entre Antifer et Le Havre, sont dirigés vers le Sud. Immanquablement, les déchets dérivent ou dériveront sur les plages de Sainte-Adresse et du Havre. Au vu de la réserve, ce processus durera au moins encore un siècle. A chaque épisode de tempête hivernale, accompagnant les galets, des tonnes de ferrailles diverses recouvrent le platier et la promenade aménagée du Bout-du-Monde. Des collectes sélectives, effectuées a mano, sont organisées (AquaCaux). Si la majeure partie ne franchira pas les épis de palplanches de Sainte-Adresse, de menus débris iront s’échouer sur la plage de galets du Havre. Promeneur qui erre sous le phare de la Hève fait bien attention à cette tige de fer prête à te meurtrir.
A côté de ce bel exemple d’inepsie irresponsable, on pourra retenir que le cône de déchets offre un accès en pente raisonnable à la falaise de craie. A l' »ombre » de cette protection, de belles coupes dans les sables ferrugineux aptiens restent fraîches.

Vue aérienne de la décharge, avant les grands glissements (archive Paris-Normandie)

Vue aérienne des grands glissements, cliché Port Autonome du Havre, février 1992

Retour au début de l’excursion