base_Coniacien_StPierre

La base du Coniacien

entre la digue de St Pierre et la valleuse du Bout du Nord

Selon la hauteur atteinte par le cordon de galets, la limite Turonien-Coniacien est plus ou moins visible. Le repère le plus facilement identifiable est une couche de craie homogène jaunâtre d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur. Cette teinte laisse présumer la présence de dolomie et, bien qu’aucune analyse n’ait été faite, cette couche sera désignée ici comme « craie dolomitique » ou, pour rester moins affirmatif, « niveau Vaguans ».
Un niveau de gros silex Thalassinoides représente un des niveaux de silex Cliffe.
Deux niveaux de sheet-flints sont présents au-dessus du silex Cliffe. Il s’agit donc de sheet-flints supra-Navigation.
Deux niveaux de silex dispersés (silex Briquedalles) sont à la base des HG Hope Gap.

base Coniacien
La base du Coniacien, ici avec des sheet-flints, à l’Est de la digue de Saint Pierre en Port

Sous la craie dolomitique, un filet marneux ondulé, souvent en encoche, est attribué à l’une des « marnes Navigation ». Il repose sur un hard-ground qui constitue le sommet d’un ensemble de hard-grounds invisibles ici en falaise. Il s’agit des hard-grounds Navigation.
En photographie aérienne, on constate qu’ils constituent le platier à l’E de la valleuse du Bout du Nord (élargissement de ce platier), en formant une sorte de terminaison périanticlinale. On peut penser que les HG Navigation dessinaient des monticules sédimentaires et que cette morphologie sous-marine a été ennoyée horizontalement par les dépôts successifs. L’érosion marine actuelle ne ferait donc qu’exhumer une morphologie ancienne.

marne Navigation
Marne Navigation surmontant les hard-grounds Navigation.

Retour au début de l’excursion