spongiaires

Les Spongiaires

Les Spongiaires (encore appelés Eponges ou Porifères) sont les plus simples des animaux pluricellulaires. Leur corps à la forme d’un sac dont la cavité communique avec l’extérieur par :

  • un large orifice appelé oscule,
  • des pores inhalants plus petits.

Ce corps est formé de deux couches de cellules entourant une masse non vivante:

  • le pinacoderme à l’extérieur
  • le choanoderme à l’intérieur.
Eponge siliceuse fossilisée sous forme de silex, en galet sur la plage d'Ignauval
Eponge siliceuse fossilisée sous forme de silex, en galet sur la plage d’Ignauval
Forme générale des Spongiaires (d’après Smith et Batten, 2002)
Paroi des Spongiaires (d’après Smith et Batten, 2002)
Chambres de choanocytes (d’après Smith et Batten, 2002)

Le squelette des Spongiaires est formé de spicules de calcite (CaCO3) ou d’opale (SiO2 hydratée), auxquels peuvent s’adjoindre une scléroprotéine.

Formes de spicules de Spongiaires (d’après Smith et Batten, 2002)

On distingue :

  • Les éponges siliceuses
    • Les démosponges (3 ordres principaux au Cénomanien : lithistidés, hadroméridés, astrophoridés) qui possèdent des spicules siliceux ou un mélange de spicules siliceux et de fibres de spongine, ou uniquement des fibres de spongine
    • Les homoscléromorphes
    • Les hexactinellides ou éponges de verre
  • Les éponges calcaires qui ont un squelette de carbonate de calcium.
  • Les archéocyathidés est un groupe disparu à la fin du cambrien.

Des conditions favorables au développement des Spongiaires ont prévalu au cours des transgressions cénomaniennes. Le taux de nutriments absorbé par les Spongiaires est relié à la quantité de silice dissoute dans l’eau de mer. Celle-ci provient  :

  • de l’altération chimique terrestre dans les plaines côtières,
  • du plancton siliceux en suspension durant les périodes de bloom favorisées par les upwellings saisonniers.

Les Spongiaires existent depuis 760 millions d’années. Cette survivance au cours des temps, malgré leur apparente fragilité, tient probablement à leur chimie.

On trouve des spongiaires fossiles dans tous les étages des craies du Pays de Caux, principalement au Cénomanien. Leur taille va du centimètre au mètre.

Quelques exemples :
Porosphaera patelliformis
Porosphaera globularis

Chenendopora fungiformis
Elasmostoma babtismalis
Guettardia stellata
Plectroninia assindiae ?
Exanthesis (Plocoscyphia) meandrina
Hallirhoa costata

Chenendopora fungiformis complète, cliché et collection Y. Lepage

Voici quelques Spongiaires figurés sur le site Paleontica (https://english.fossiel.net) pouvant exister dans le Crétacé supérieur :

Acanthochaetetes favosites
Becksia soekelandi 
Camerospongia sp.
Chenendopora fungiformis
Coeloptychium agaricoides
Coeloptychium sulciferum
Discodermia agariciformis
Elasmostoma subpeziza
Exanthesis labrosus
Guettardiscyphia striata
Hallirhoa costata
Jerea clavata
Jerea excavata
Jereica punctata
Laocoetis fittoni          – article pdf
Napaeana striata
Oculospongia capitata
Oculospongia tubulifera
Phymaraphinia sp
Phymatella tuberosa
Pleurochorium schulzei 
Plinthosella squamosa
Porosphaera globularis
Porosphaera patelliformis
Porosphaera woodwardi
Rhagadinia doederleini
Rhizopoterion cervicornis
Rhizopoterion cribrosus
Siphonia incrassata
Siphonia multioculata
Siphonia pyriformis
Stachyspongia tuberculosa
Stauronema planum
Turonia cerebriformis
Ventriculites ?radiatus

Verruculina cf. tenuis

Plus particulièrement pour le Cénomanien

Retour aux diverses macrofaunes