Dieppe_SaintValery_Paluel

Excursion de Saint-Valéry à la centrale de Paluel

Cette excursion permet d’observer le sommet du Coniacien supérieur, ainsi que le Santonien inférieur et moyen. Elle est la suite stratigraphique de la coupe de Veulettes, vue à l’Eperon de Paluel.
L’accès à la mer étant impossible à partir de la centrale nucléaire de Paluel, on est obligé débuter le parcours à partir de Saint-Valéry. L’itinéraire aller allant du parking de Saint-Valéry aux abords de la centrale nucléaire mesure 5,5 km. Si l’on envisage de le parcourir dans son intégralité, c’est donc 11 km au minimum sur des galets ou des blocs qu’il faut prévoir. Dans ce cas, il est recommandé de partir 3 heures avant la basse mer.
On peut se dispenser du parcours complet pour n’aller que jusqu’à la Pointe aux Cinq Trous.

vue aérienne
Le littoral entre Saint Valéry et la centrale de Paluel

La figure (modifiée à partir de Google Earth) donne l’aspect du littoral. Sur le terrain, les repères  naturels ou artificiels sont peu nombreux et l’usage du GPS est recommandé. La figure représente les minutes décimales en longitude toutes les 0,5 mn (à partir de 0°E). Nous retiendrons ces quelques repères :
– le bout du parking automobile,
– l’épi et le déversoir des eaux provenant de la station d’épuration,
– le blockhaus en surplomb au sommet de la falaise,
– le blockhaus cubique effondré sur l’estran,
– la grande anse du hameau de Saint Léger,
– la Pointe aux Cinq Trous,
– la pointe en face du hameau du Tot,
– la Pointe du Trou au Vin.
En fait, le repère le plus évident et le plus significatif est de nature géologique. Il s’agit du hard-ground Veulettes. Ce hard-ground dessine des ondulations de longueur d’onde pluri-hectométrique. Les axes des monticules ou des cuvettes doivent fondamentalement être identifiés pour comprendre la stratigraphie :

  • au niveau des axes de cuvette, les couches supra-Veulettes sont mieux représentées vers le bas et plus épaisses.
  • au niveau des axes de monticule, les couches infra-Veulettes sont mieux représentées vers le haut et vers le bas,

Les couches supra-Veulettes

Pour aborder cette excursion, on consultera avec profit les coupes stratigraphiques du S de l’Angleterre : Culver Cliff (Jarvis et al.), Seaford Head (Jarvis et al. ou Mortimore), Douvres (Jarvis et al.).
Les principaux niveaux-repères qui y sont décrits, dans l’ordre stratigraphique, sont :

  1. Le « Cuckmere Sponge Bed » de Seaford Head (Mortimore et al., 2001) qui doit être l’équivalent du « Middleton Sponge Bed » de Trunch (Jarvis et al., 2006). Il sera ici assimilé au « hard-ground Veulettes ». Ce hard-ground appartient aux couches terminales du Coniacien car il n’a jamais fourni, à notre connaissance, de Cladoceramus undulatoplicatus. C’est avec la coupe de White Nothe dans le Dorset, dressée par Mortimore et al. (2001) que la correspondance est la plus nette. Dans cette coupe sont indiqués 2 hard-grounds séparés par des lamines de slumping. A ce niveau existe une riche mésofaune de fragments d’astéroïdes et d’échinoïdes réguliers. C’est à 3-4 mètres au-dessus qu’apparaît le silex columnaire de Bedwell à abondants Cladoceramus undulatoplicatus. La limite Coniacien/Santonien y est placée à ce niveau.
  2. Le silex Michel Dean ou son équivalent le silex Chartham. Dans la coupe de Seaford (Mortimore et al., 2001), ce silex est le premier d’un trio de silex semi-tabulaires et il contient juste au-dessus Cladoceramus undulatoplicatus, caractérisant le Santonien. En Angleterre, il constitue la limite entre les Couches de Cuckmere et les Couches de Haven Brow. Dans la coupe de Saint Valéry, nous observerons un silex tabulaire, à 6 m au-dessus du HG Veulettes, contenant Cladoceramus undulatoplicatus.
  3. Le silex Baily’s Hill qui contient de sporadiques Cladoceramus en Angleterre. Dans la coupe de Saint Valéry, nous observerons un silex tabulaire, à 6 m au-dessus du HG Veulettes, contenant à sa face inférieure Cladoceramus undulatoplicatus.
  4. Le silex columnaire de Bedwell ou « Bedwell’s columar » ou silex Flat Hill. Typiquement, ce silex présente des colonnes de type paramoudra, particulièrement décrites dans le Kent. D’après Mortimore et al. (2001), les couches au-dessus du silex Michel Dean contiennent un assemblage caractéristique du Santonien basal (Orbirhynchia pisiformis, Gibbithyris ellipsoidalis, Bourgueticrinus sp., Cardiotaxis aequituberculatus, Micraster gibbus). Nous considérons que le « Bedwell’s columnar » est en fait une séismite pouvant affecter un ou plusieurs niveaux de silex.
  5. Le silex Brasspoint. Ce silex est le premier de 4 silex semi-tabulaires dans les Couches de Haven Brow et est associé à d’abondants Conulus albogalerus. Dans la coupe de Saint Valéry, sa position est probable mais non certaine.
  6. La séismite Pénitents. Ce silex est introduit ici dans la coupe de St. Valéry comme niveau-repère (cf. Hoyez, 2008). Nous verrons quels sont les éléments qui la caractérisent.
  7. Le silex Rough Brow ou silex « Whitaker 3 inches ». Il ne contient généralement pas de fossiles mais il est associé à d’abondants Platyceramus et de sporadiques Cordiceramus, selon Mortimore.
  8. Trois hard-grounds souvent assez discrets, ici désignés chronologiquement :
    • HG Ormelet,
    • HG Saint Riquier,
    • HG Frécotte

    Il est difficile de bien les observer car situés en partie haute de falaise. Le plus élevé (HG Frécotte) semble le plus net et le plus persistant.
    Une forte incertitude subsiste sur la possibilité que l’un de ces hard-grounds (HG Frécotte) soit homologue du « Barrois’ Sponge Bed » qui est particulièrement net sur la côte du Thanet. Jarvis et al. (2006) positionnent le Barrois’ Sponge Bed au-dessus du silex Short Brow dans la coupe de Culver Cliff. Nous le désignons provisoirement Barrois SB 1.

  9. Le silex Short Brow, décrit sans fossiles.
  10. Un hard-ground, peu net, pouvant être assimilé au Barrois’ Sponge Bed du Kent. Nous le désignons provisoirement Barrois SB 2.
  11. La séismite Saint Léger. Cette attribution génétique n’est pas démontrable dans la coupe de Saint Valéry, mais l’est peut-être à l’E de Veules-les-Roses. Dans ces conditions, on restreindra l’appellation au seul  « silex Saint Léger » qui est un silex dispersé, très constant, et facilement reconnaissable dans toutes les coupes.
  12. Le couplet « silex Exceat / silex Buckle » constitue également un repère remarquable, observable entre l’Eperon de Paluel (haute falaise) et Veules Est (base de falaise). Il s’agit de deux silex distants d’environ 2,5 m, sans silex intercalaire. Au-dessus d’eux commence une série rythmique à petits silex. A Saint-Valéry W, il n’est pas possible de détailler plus ce couplet. Rappelons que c’est à ce niveau que se place la limite Santonien moyen / Santonien supérieur. Ces deux silex sont désignés par Rowes (1900) sous l’appellation « Two flints 9 feet apart », ce qui peut se traduire littéralement par les « 2 silex séparés de 2,74 m ».

Les couches infra-Veulettes

En allant de Saint-Valéry à Paluel, nos pieds restent en majeure partie posés sur les couches infra-Veulettes. Il s’agit pour l’essentiel de craies à gros silex dans lesquelles il peut paraître difficile de se positionner stratigraphiquement. En se déplaçant, on se rendra bien compte que le HG Veulettes est l’expression d’une activité érosive importante et qu’il recoupe en biseau différents niveaux des craies à silex qu’il recouvre.
De manière assez courante, c’est le flanc ouest des cuvettes (ou le flanc est des monticules si l’on veut) qui montre une inclinaison plus forte et au niveau duquel l’ « unconformity » est la plus évidente.
La lacune stratigraphique pouvant être très variable, on ne peut guère se servir de la position sous le HG Veulettes pour déterminer l’exact niveau stratigraphique. Il faut rechercher d’autres indices intrinsèques. Pour cela, rappelons certaines observations (Plaine des Falaises) qui ont été faites entre Saint-Martin-aux-Buneaux et l’Eperon de Paluel. Sur ce parcours, le silex repère Seven Sisters est présent et nous a permis d’identifier quelques particularités visuelles dans les couches sus-jacentes. De bas en haut, on reconnaît :

  • les silex tabulaires Ck1 et Ck2  (avec la zone à silex déformés sous Ck2 = séismite Câtelier),
  • les 6 silex tabulaires,
  • des silex expansés (SE1) et un joint, le tout considéré comme une séismite,
  • un silex franc, noté A,
  • des silex expansés (SE2) et un joint, le tout considéré comme une autre séismite,
  • un silex franc, noté B,
  • un hard-ground mineur (HG Canouville)
  • le HG Veulettes.

Il s’agit là de la série la moins condensée vers le haut. Dans les autres cas, il y a de profondes altérations et apparition de hard-grounds surnuméraires. Le niveau le plus caractéristique dans cette énumération consiste en la séismite Câtelier surmontée par 1+6 = 7 silex continus. C’est donc cette succession que nous rechercherons en priorité.
Les niveaux supérieurs, avec leurs 2 séismites supposées, sont plus difficiles à caractériser, mais nous essaierons de les mettre en évidence.

Les stations

Le fil conducteur sur le terrain sont les ondulations du HG Veulettes et nous convenons ici de leur donner les noms suivants, en partant de Saint-Valéry :

  1. cuvette du parking
  2. monticule de la station d’épuration,
  3. cuvette du blockhaus effondré,
  4. monticule de La Campagne,
  5. cuvette de Saint Léger,
  6. monticule des Cinq Trous,
  7. cuvette du Tot,

Entre le parking et l’épi/déversoir

Falaise W de Saint Vaéry, vue depuis le monument à Costes et Bellonte
Falaise W de Saint Vaéry, vue depuis le monument à Costes et Bellonte



Coupe 42.60E – route d’accès au parking
Coupe 42.41E – La Gobe et le silex Bedwell’s columnar
Le parking de la falaise ouest
au bout du parking
Coupe 42.23E
Coupe 42.19E
Coupe 42.02E
à l’Est de l’épi, le monticule de la station d’épuration
Coupe 41.83E : déversoir Est
Coupe 41.82E : déversoir Ouest

Au delà

Coupe 41.73E
Coupe 41.64E – Entre l’épi/déversoir et le blockhaus en surplomb : marne St Sylvain
Le flanc est de la cuvette du blockhaus effondré – niveau à Cladoceramus
Coupe 41.36E – Le fond de la cuvette du blockhaus effondré
Coupe 41.28E –  A l’E du blockhaus
Coupe 41.17E – Le flanc ouest de la cuvette du blockhaus effondré
Coupe 41.06E – Flanc E du monticule de La Campagne, éboulement
Coupe 40.91E – Le monticule de La Campagne (sommet et flanc ouest)
Coupe 40.80’E
Le fond de la cuvette de Saint-Léger
Coupe 40.24’E – Le monticule des Cinq Trous (flanc est)
Coupe 39.84’E – Le monticule des Cinq Trous (sommet)
La cuvette du Tot
Coupe 39.12’E
Coupe 38.98’E
Coupe 38.87’E
Coupe 38.86’E
Coupe 38.39’E
Coupe 38.09’E
Coupe 38.07’E
Coupe 37.85’E – Passerelle sur le chenal

Retour aux excursions à partir de Saint-Valéry

Une pensée sur “Dieppe_SaintValery_Paluel”

Les commentaires sont fermés.