coupe_59.91E

Coupe 59.91’E

Coupe 0°59.91'E
Coupe 0°59.91’E

A cette longitude, si l’on vient du Petit Ailly, on commence à discerner le Campanien, représenté par un motif de « bancs » qu’il ne sera pas possible de toucher mais seulement d’observer à distance en falaise. C’est l’agencement des silex qui définissent de loin ces bancs. Ces silex forment des doublets (ou parfois triplets) où les silex sont proches les uns des autres. Entre ces groupes, les silex sont absents durant un certain intervalle. Ce sont ces niveaux sans silex que nous désignons ici sous le terme de « bancs d’Ailly ». Un sheet-flint, bien marqué et constant, donc repère, couronne ces « bancs d’Ailly ». Les « bancs d’Ailly » au nombre de 4 sont abrégés BA1, BA2, BA3 et BA4 sur les clichés.
Le banc BA1 renferme une marne, hypothétiquement rattachée à Friars’Bay 1, c’est-à-dire le niveau limite entre le Santonien et le Campanien en Angleterre. Cette marne ouverte n’est pas très bien visible. Elle peut former un surplomb sur les sections propres ou apparaître comme un filet blanchâtre sur les sections salies par les coulis tertiaires.

Retour au début de l’excursion