Le Crétacé

La craie des falaises normandes s’est déposée au cours d’une période géologique, le Crétacé, qui s’étend de -145,5 ± 4 à -65,5 ± 0,3 millions d’années. Le nom Crétacé vient du latin « creta » qui veut dire « craie », nom donné par Omalius d’Halloy, géologue français. Il existe néanmoins des craies en dehors du Crétacé, par exemple la craie danienne de Mer du Nord.

Le Crétacé
Le Crétacé dans l’échelle des temps fossilifères, les datations absolues ne sont plus celles adoptées aujourd’hui.

En fait, la craie du bassin anglo-normand ne s’étend que dans la partie supérieure du Crétacé.

étages
Subdivisions en étages de la période crétacée
Le Crétacé, d'après la charte stratigraphique internationale de janvier 2013
Le Crétacé, d’après la charte stratigraphique internationale de janvier 2013

Les étages du Crétacé supérieur recouvrent les intervalles de temps suivants (IUGS, 2013) :
• Maastrichtien (-72,1 ± 0,2 à -66 Ma)
Campanien (-83,6 ± 0,2 à -72,1 ± 0,2 Ma)
Santonien (-86,3 ± 0,2 à -83,6 ± 0,2 Ma)
Coniacien (-89,8 ± 0,3 à -86,3 ± 0,5 Ma)
Turonien (-93,9  à -89,8 ± 0,3 Ma)
Cénomanien (-100,5 à -93,9  Ma).
Le Campanien supérieur et le Maastrichtien ne sont pas représentés dans les falaises de craie françaises.

La Commission Internationale de Stratigraphie précise les durées :

  • Cénomanien : 6,6 Ma
  • Turonien : 4,1 Ma
  • Coniacien : 3,5 Ma
  • Santonien : 2,7 Ma

Au cours du Crétacé supérieur se produit une élévation mondiale du niveau des mers. Cette transgression s’organise en deux cycles de deuxième ordre :

  • à partir du Cénomanien inférieur, la mer s’avance progressivement sur le continent,
  • au début du Turonien, la transgression se généralise.